À Propos

Quel est ton parcours ?

J'ai eu une première carrière professionnelle dans l'informatique. Mais après dix ans derrière l'écran, un besoin de sens a motivé ma reconversion. Je me suis intéressé au Vivant, à travers le biomimétisme, puis rapidement aux villes en Transition, dont j'ai été un participant des premières heures.

 

Rapidement, j'ai suivi  un cours de design en  permaculture. Comme le mouvement était encore balbutiant à l'époque, et par besoin de cohérence, j'ai beaucoup expérimenté, et voyagé dans des pays et des contextes très différents. C'est la confrontation avec la réalité et l'expérience avec des grands noms du milieu qui m'a forgé une vision claire et constructive des débouchés possible.

Pourquoi la permaculture ?

Ça m'a paru l'alternative la plus complète et la plus diversifiée, tout en ayant un squelette suffisamment solide pour ne pas s'éparpiller comme une poule qui a perdu la tête.

Je me suis dit : "Avec ça, j'ai de quoi m'amuser toute ma vie, et en plus ça a du sens !". Oui, ça a du sens : pour la nature, les humains et cela s'inscrit dans l'économie circulaire.

L'humain "Jardinier de la planète" ? J'y crois, et c'est la permaculture qui donne le ton grâce à son éthique.

Quelles sont tes compétences dans ce domaine ?

Un avantage indiscutable est d'avoir travaillé dans des conditions, avec des publics et à des échelles très différentes, en ayant brossé un large spectre de situations.

De manière non exhaustive : design, illustration et dessin, compostage, gestion de l'eau, ergonomie paysagère, lecture du paysage, environnement naturel et cultivé, facilitateur de groupes, formateur, gestion holistique, agriculture régénérative,…

Ça a l'air beaucoup …

Effectivement. Connaître ses atouts ne va pas sans une bonne conscience de  ses limites. Pratiquer et proposer des services en permaculture demande d'être un véritable couteau suisse. Mais il ne faut pas être dupe : je pense qu'il est essentiel d'avoir solide réseau de partenaires sur lequel s'appuyer. Cela s'avère même indispensable à la réalisation de projets sérieux. C'est ce sur quoi je me suis concentré dès le début !

Il est aussi crucial de rester au courant des techniques, tendances et nouveautés possibles dans la régénération des écosystèmes : c'est ce qui permet de rester performant sans ses talents.

Décris-nous ton profil…

Ayant une âme d'entrepreneur, j'ai rapidement décidé de proposer des services professionnels dans le cadre de la permaculture. Le design étant un concept qui m'a immédiatement conquis par sa logique implacable, je me suis appliqué à développer des projets en Belgique et ailleurs qui répondaient au besoin des clients.

Je dirais que mes atouts sont mon réalisme, mon intuition, mon caractère polyvalent et méthodique,  ma passion de l'apprentissage quotidien : je ne me  limite pas à ce que je connais déjà, bien au contraire.