L'avenir du paysage est écologique

Le paysagisme est un secteur qui a le vent en poupe. La plupart des conceptions consistent en pelouses intensives en maintenance, souvent dépendantes de l'eau et des énergies fossiles. Avec la crise écologique qui se révèle et provoque des sécheresses plus longues, la dégradation des sols, la perte de biodiversité et la pollution des nappes phréatiques, l'approche de création requiert un changement vers des planifications et des installations régénératives.


A ce tire, le design de permaculture émerge comme le futur du paysagiste, comme une pratique qui inclut le paysage dans l'environnement. Fondée sur les principes d'écologie, cette stratégie régénère la nature, tout en fournissant les besoins de base pour chacun.

Pourquoi faire autrement ?

Le marché du paysagisme croît sans cesse, et cette tendance s’accélère. C'est un mouvement de renaissance, une opportunité unique de transformer un secteur à grande échelle, avec des techniques à la portée de chacun, et qui en plus respectent la planète.


Si seulement la moitié des bénéfices des installations étaient orientées vers la santé des écosystèmes, la croissance vers une valeur ajoutée pour les humains et la nature serait astronomique. Cette idée pleine de bon sens est applicable dès aujourd'hui dans tous les métiers de concepteurs. C'est la promesse d'une carrière créative, qui évolue dans le domaine de l'esthétisme et de l'écologie, plutôt que d'avoir une action destructrice.

Qu'est-ce que cela apporte ?

C'est l'opportunité d'un retour au jardin, de cultiver sa nourriture, de récolter l'eau, et de devenir réellement auto-suffisant. Chacun peut se faire producteur, respecter la planète, et se délecter à la vue de paysages sublimes.

 

Créer le paradis dans son coin de verdure est à la portée de tous, à toutes les échelles, aussi bien pour des pelouses urbaines que dans de grandes fermes.

C'est même presque un devoir...

Comment ça marche ?

Le design de permaculture utilise la plupart des éléments de l'approche traditionnelle. On peut imaginer y intégrer des abris légers, des aires récréatives, la gestion de l'eau, des chemins utiles, des plantations spécifiques, tout ce qu'on veut. La différence fondamentale, c'est l'approche de l'utilisation des ressources, le respect de l'environnement naturel, l'adéquation des besoins humains avec ceux de la nature.


Le potentiel est énorme, et c'est l'heure de s'y mettre : en transformant ce secteur, c'est une voie toute tracée pour de nouveaux emplois, qui augmentent notre autonomie et réparent les dégâts.